SERMON du 23-e DIMANCHE après PENTECÔTE
Apôtre et Evangéliste Luc




Vêpres : 1 Jean I, 1-7 Jacques, 1, 1-12, Jude en entier
Matines : Matt. XXVIII, 16-20
Liturgie : Eph. II, 4-10 ; Luc VIII, 26-39
Coloss. IV, 5-9, 14, 18 ; Luc X, 16-21


AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT-ESPRIT !
Bien-aimés Frères et Sœurs !


En l’honneur de l’Apôtre et Evangéliste Luc, les lectures de la veille sont toutes tirées du Nouveau Testament.
I - La péricope, liminaire, de l’apôtre Jean est l’expression de l’éblouissement de ceux qui ont connu et vu Celui qui est la Parole de Dieu : Ce qui était « dès le commencement », que nous avons entendu, que nous avons vu de nos yeux, que nous avons touché, la Parole de Vie a été manifestée et nous vous en rendons témoignage et nous vous annonçons la vie éternelle qui était avec le Père et qui s’est manifestée à nous. Alors éclate la vérité absolue : La doctrine que nous annonçons, C’EST QUE DIEU EST LUMIÈRE !

Par suite, enchaîne Jacques, le frère du Seigneur, que sont les épreuves qui vous arrivent, sinon le sujet d’une parfaite joie ! Que l’épreuve de votre foi, procure la patience et que son ouvrage soit parfait : afin que vous-mêmes soyez parfaits ! Si votre sagesse est insuffisante, demandez-la à Dieu et elle vous sera donnée. Que le frère qui est dans la bassesse, se glorifie de son élévation immanquable : Heureux est l’homme qui endure l’épreuve, car il recevra la couronne de Vie que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment !

Ce n’est pas à dire, rappelle cet autre parent du Seigneur, Jude, frère de Jacques, qu’il n’y ait pas aussi, même parmi les fidèles, quelques personnes qui se sont glissées et « dont la condamnation est écrite depuis longtemps » Nous retrouvons ce thème du jugement qui est inséparable de celui du Salut. Dieu a libéré Son peuple d’Egypte, écrit Jude, mais Il détruisit ceux qui ne crurent pas … Il y aura jusqu’à la fin de temps des esprits bornés et des jouisseurs impies. Ayez pitié cependant et tâchez de sauver certains par le discernement …

II – L’évangile de matines est cette apparition de Jésus ressuscité aux apôtres sur la montagne où Il leur avait ordonné d’aller. Là, ils L’adorèrent, même ceux qui avaient douté : la Miséricorde du Seigneur, vous le voyez, est un discernement plein de sollicitude. C’est alors que le Christ leur commande d’évangéliser les nations les baptisant au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit et Il leur donne cette assurance que nous recevons nous aussi : « Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde ».

III – L’épître du 23-e dimanche est un hymne à la Grâce ! Dieu, qui est riche en miséricorde, dans Son amour nous à ressuscités alors que nous étions morts, Il nous a rappelés à la vie avec le Christ. C’est par Sa Grâce que vous êtes sauvés, et, anticipant et se plaçant naturellement dans l’éternité, l’apôtre ajoute : Il nous a ressuscités ensemble, Il nous a fait asseoir dans les lieux célestes en Jésus-Christ. Nous n’y sommes pas encore, Bien-aimés Frères et Sœurs, mais, pour l’apôtre inspiré, c’est comme si nous y étions déjà ! et il poursuit : afin qu’apparaisse dans les siècles des siècles l’immense richesse de Sa Grâce. Par la Grâce, vous êtes sauvés par le moyen de la foi. Ce n’est pas par les œuvres, par les actes, que vous êtes sauvés. Nous sommes néanmoins la créature de Dieu fondée dans le Christ – et donc aussi –, pour les bonnes actions que Dieu a préparées pour que nous les accomplissions.

IV – Cet hymne à la Grâce, n’ôte pas non plus ce qui est imputable, le cas échéant, à l’homme seul – et volontairement seul : pensons aux jouisseurs bornés mentionnés tout à l’heure. « Conduisez-vous prudemment envers ceux du dehors », dit l’épître aux Colossiens …

V - La péricope du 23-e dimanche évoque le possédé qui vivait dans les sépulcres, entièrement nu, et qui terrorisait les populations. Ce possédé voit s’approcher le Christ et il Lui dit : «Que me veux-tu, Fils de Dieu?» - car les démons ne se trompent pas et ils savent reconnaître Dieu. Le Christ se prépare à délivrer le possédé et Il demande au démon : « Quel est ton nom ? » - « Légion » est la réponse, car il y avait une multitude de démons dans ce possédé.

Christ les chasse, et au moment où ils devaient sortir de l’homme, ils implorent le Seigneur afin de ne pas retomber dans l’abîme : «Permets-nous d’entrer dans ces porcs qui paissent là !» Christ le permet, et la légion de démons s’empare des porcs qui aussitôt se jettent dans le lac et s’y noient. Vous comprenez par là que le démon, quels que soient ses apparences et ses faux-semblants, est toujours puissance de mort.

La suite de la péricope, en un balancement signifiant avec l’épître et le texte de Jude, montre la réaction des Gadaréniens : avertis de ce qui s’est passé, constatant avec stupeur la guérison du possédé qui les avait effrayés, ils demandent néanmoins au Seigneur de quitter leur pays. Car l’homme est libre. La Grâce ne s’impose pas et notre Dieu se retire.

Le possédé voulait Le suivre. Christ le renvoie chez lui en lui disant de raconter le bienfait que Dieu a fait pour lui. Et ce possédé guéri n’y a pas manqué. L’homme, nous l’avons déjà vu peut être reconnaissant.
De toute manière, il est libre.

VI – L’évangile en l’honneur de l’apôtre est très bref. Il s’agit des soixante-dix disciples envoyés deux par deux : « Qui vous écoute M’écoute et qui vous rejette Me rejette ainsi que Celui qui m’a envoyé ». Ces disciples reviennent avec joie car même les démons leur étaient assujettis … Or le Christ-Dieu leur répond : « J’ai vu Satan tomber du ciel comme un éclair ». Il est Dieu en effet présent avant les siècles.

Il enchaîne : « Réjouissez-vous encore plus de ce que vos noms soient écrits dans les cieux ! »

Rendons gloire à Celui qui est Lumière et Vie, et, à l’inverse des Gadaréniens, recevons-Le dans toute Sa puissance.

AMIN

 

 

.

SERMON du 22 e DIMANCHE a. P.

Et Pères du 7-e Concile Œcuménique, Nicée-II




Vêpres : Gen. 14, 14-20 – Deut. 1, 8-11, 15-17 – Deut. 10, 14-21

Matines : Jean, 21, 1-14

Liturgie : Gal, 2, 16-20 Luc 16, 19-31

Hébr. 13, 7-16 Jean 17, 1-13



AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT-ESPRIT !

Bien-aimés Frères et Sœurs !


Ce 22-e Dimanche après la Pentecôte est aussi celui où nous célébrons la mémoire des Pères du 7-e (et dernier) Concile œcuménique, convoqué par l’Impératrice Irène en 787 dans la ville de Nicée. Ce Concile de Nicée-2 nous est particulièrement cher car, réuni contre l’iconoclasme, il établit la légitimité de la vénération des icônes. La crise de « l’iconoclasme » a duré, comme vous le savez, cent vingt ans. Elle était déjà ancienne au temps d’Irène, elle a repris ensuite pour ne prendre définitivement fin que sous les saints empereurs Michel et Théodora en 843, mais le Concile de Nicée-2 entérine et définit dogmatiquement la légitimité de cette vénération.

Les textes de cette grande fête, y compris les lectures de la veille et l’évangile de Matines sont nombreux et denses. Afin de ne pas se perdre dans cette exceptionnelle richesse de faits et de symboles, disons qu’ils s’organisent autour de trois pôles qui nous serviront de guides et de références : ces pôles sont le "choix", la "justice", le "repas" (dont nous savons qu’il marque l’unité – icône de la Trinité - et préannonce l’eucharistie).

Genèse XIV raconte comment Abraham libéra son parent Lot dont il récupéra les biens. Or là apparaît le mystérieux Melchisédec, roi de Salem : du Christ il est dit : «Tu es prêtre pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédec ». Or Melchisédec fait apporter du pain et du vin – notre « pôle » du "repas" – il bénit (signe de supériorité) Abraham qui lui paye la dîme.

Dans le premier texte du Deutéronome, Moïse montre aux Juifs la Terre Promise – où il n’entrera pas –, il institue les juges – notre « pôle » de la "justice" – qui ne feront pas (la formule reviendra) «acception de personnes». Le deuxième texte du Deutéronome évoque le "choix" divin, souverain, du peuple juif : circoncisez votre cœur, est-il ajouté. Ce sacrifice volontaire [la circoncision, physique ou morale] prélude à la fonction de justice divine « qui n’a pas acception de personnes », formule que nous retrouvons ;

L’évangile de Matines, c’est la troisième apparition du Christ après la Résurrection – nous l’avons lu récemment –, les apôtres voient le Christ (qu’ils ne reconnaissent pas) sur le rivage, qui leur conseille de jeter le filet sur la droite de la barque : ils font une pêche miraculeuse – notre « pôle » du "repas", et, effectivement le Christ quand ils débarquent leur donne du pain et du poisson : c’est un repas commun, d’unité donc, même si ce n’est pas encore l’eucharistie.

L’épître /aux Galates/ rappelle avec vigueur – elle aussi nous l’avons lue dernièrement – que ce n’est pas par la Loi, mais uniquement par la Foi que l’homme est justifié – notre « pôle » de la "justice" – mais cette affirmation est transcendée par la vérité mystique : ce n’est plus moi qui vis, dit l’apôtre, c’est le Christ qui vit en moi. « Je vis dans la Foi du Fils de Dieu qui m’a aimé et qui s’est livré POUR MOI ».

L’évangile de ce Dimanche est l’histoire du riche jouisseur et du pauvre Lazare. Tous deux meurent la même nuit. Le riche, dans les flammes de ses tourments, voit de loin Lazare dans le sein d’Abraham. Il dialogue avec Abraham, lui demande d’envoyer Lazare mouiller son doigt pour lui humecter la langue … Envoie-le au moins, ajoute-t-il, à mes cinq frères pour qu’ils ne vivent pas comme moi et se repentent. « Ils ont Moïse et les prophètes : ils ne croiraient pas davantage un mort ressuscité ».

Effectivement, ils n’ont pas cru le Christ ressuscité !

L’épître propre aux Pères du 7-e Concile est cette péricope : « Priez pour ceux qui vous ont enseigné la foi. Christ est le même, hier, aujourd’hui et toujours ». Il est mort, hors de la porte ainsi qu’il était rituel, pour sanctifier le peuple par Son propre Sang.

Mais comment comprendre vraiment, comme le dit l’épître, que nous n’avons pas en ce monde de cité permanente et s’en pénétrer vraiment ? Pourtant le Salut est à ce prix.

L’évangile des Pères du 7-e Concile qui ont lutté pour la vérité et pour la foi, même si la méchanceté du monde ne leur a pas toujours donné la victoire, n’est autre que la grande prière sacerdotale de Jésus. Là reparaît le choix – notre premier « pôle » …– Je prie pour eux, dit le Christ, je prie pour ceux que tu m’as donnés … JE NE PRIE PAS POUR LE MONDE

Que le Seigneur nous donne d’être toujours circoncis de cœur et de nous approcher, tremblants et fidèles, de son choix souverain, car Il est le même aujourd’hui et toujours.

AMIN

.

SERMON du 21-e DIMANCHE



Matines : Ev. (10) Jean 66 – 21, 1-14
Liturgie : Gal. 203 – 2, 16-20 Ev. Luc 35 – 8, 5-15

 

AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT !
Bien-aimés Frères et Sœurs !

 

L’amour et la sollicitude de Dieu ne cessent pas, Dieu est proche de nous dans les vicissitudes de chaque jour et Il élève jusqu’au ciel ceux qu’Il aime.

L’évangile de matines rapporte, selon le témoignage de Jean, la troisième apparition après la Résurrection. Simon et quelques compagnons étaient allés pêcher sans rien rapporter. Ils voient en revenant un homme sur le rivage. Celui-ci leur demande s’ils ont trouvé des poisson ... : Jetez le filet à droite de la barque ! dit le Seigneur qu’ils n’avaient pas reconnu. Ils le font et retirent une multitude de gros poissons. Jean reconnaît le Seigneur, Simon s’habille complètement et gagne la rive à la nage … Quand ils arrivent tous, ils trouvent un petit feu sur lequel étaient des poissons et du pain. Jésus leur dit d’apporter leurs poissons et de manger et Il leur donne du pain et des poissons grillés. Du pain de tous les jours, mais le Christ était venu, Il leur avait fait pêcher une multitude de poissons : car Sa sollicitude est constante.

Mais Il nous élève aussi très haut par la voie mystique et nous allons le voir.

I – Nul n’est justifié par la Loi, dit l’apôtre dans l’épître aux Galates. Nous avons cru en Christ et nous sommes justifiés par la Foi et non par la Loi. Si nous péchons, c’est notre péché, pas celui du Christ. Je suis mort pour la Loi par la Loi, et je suis vivant par le Christ. J’ai été crucifié avec le Christ : ce n’est pas moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. Je suis vivant par le corps, mais je vis par le Fils de Dieu – et voilà la touche de conscience proprement mystique : le Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi. Pour moi : «Il est mort pour nous les hommes …» ; cela peut rester une formule, mais le basculement dans la vie mystique, c’est lorsque l’on sent vraiment ceci : Il est mort pour moi.

II – Cela est le préambule qui aide à comprendre la Parabole du semeur, lue dans l’évangile de Luc. Exemplification un peu lente : le semeur jette les grains, certains tombent sur le chemin et les oiseaux les mangent, d’autres tombent sur de la pierre, d’autres tombent parmi les épines, mais ceux qui tombent dans la bonne terre donnent au centuple. Les apôtres demandent l’explication. «A vous, dit le Christ, il est donné de savoir les mystères du Royaume de Dieu», d’autres entendent, afin que, voyant, ils ne voient pas, qu’entendant, ils n’entendent pas – c’est le mystère de la Prédestination que nous évoquions dimanche dernier. La Prédestination, bien-aimés Frères et Sœurs, n’élimine pas la liberté humaine, pas plus que la liberté humaine ne se substitue à la Grâce qui la sanctifie. La semence, c’est la Parole de Dieu, certains écoutent distraitement, certains sont pierre où les grains ne s’enracinent pas, d’autres les étouffent sous le poids de leurs ambitions ou de leurs richesses. La « bonne terre », c’est ceux qui reçoivent d’un cœur droit, et qui font fructifier la Parole dans la patience.

Prenez bonne note, Bien-aimés Frères et Sœurs, de cette précision. La Grâce requiert notre collaboration. Ceux qui persévèreront jusqu’à la fin seront sauvés. «Que ceux qui ont oreilles entendent» !

Que le Christ notre Dieu nous donne d’ÊTRE LA BONNE TERRE, de bien recevoir Sa parole, de la faire FRUCTIFIER et de persévérer jusqu’à la fin !

 


AMIN

.

SERMON du 20e DIMANCHE

 

 

Matines : Jean, XX, 19-31

Liturgie : Gal. I, 11-19 ;  Luc, VII, 11-16

 

AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT !

Bien-aimés Frères et Sœurs,

 

Le Sauveur vient au devant de nous : Il est notre Rédempteur et Il nous aime !

I – La péricope de l’Epître aux Galates montre ce que peut avoir d’inouï Son approche. Saül en effet était un Juif fanatique, zélateur de la foi de ses pères, et un des plus redoutables persécuteurs de la Foi du Christ. Or il y eut le « Chemin de Damas » que saint Paul ne décrit pas ici : le Christ, dit-il simplement, lui apparut. Le Christ, ajoute-t-il, qui m’avait choisi dès le ventre de ma mère. La conversion fut instantanée : le persécuteur devient aussitôt un évangélisateur, et sans même aller à Jérusalem voir les autres apôtres, il part évangéliser en Arabie, de là il revint à Damas, et ce n’est que trois ans plus tard, qu’il alla voir Pierre à Jérusalem. Il resta chez lui quinze jours. Il ne vit aucun autre apôtre, sauf Jacques, le frère du Seigneur.

Mais, préalablement à leur témoignage, il avait vu le Christ lui- même et il savait tout ! Nous qui connaissons la théologie et la mystique de saint Paul, cela nous remplit de stupeur, mais Paul avait vu face à face la source de toute connaissance …

Or le Christ connaît, individuellement ceux qu’Il appelle et pénètre jusqu’au fond de leur âme et eux apparaissent transformés.

C’est ce que confirme la péricope de l’évangile de matines concernant Thomas. Christ était apparu aux autres apôtres, dans une pièce fermée par crainte des Juifs. Ils  racontèrent à Thomas que le Seigneur leur était apparu, mais Thomas ne voulut rien croire : « Si je ne vois la trace des clous … ». Or huit jours après, le Christ leur apparaît toutes portes étant closes pareillement, et Thomas étant présent. « Approche, Thomas, et mets ton doigt … mets ta main dans mon côté … ». Le Rédempteur aimant le connaît de l’intérieur et le secourt.

Thomas en effet, comme le montrent les icones, approcha sa main tout tremblant et il s’écria : « Mon Seigneur et mon Dieu ». Il confessait ainsi le premier, lui qui avait douté, l’Humanité et la Divinité de Jésus-Christ.

C’est ce même amour, cette tendresse toute puissante du Sauveur qui apparaissent dans l’épisode du fils de la Veuve de Naïn. La pauvre femme suivait en pleurant l’enterrement de son fils unique : le Seigneur s’attendrit en son cœur. Il touche la civière, les porteurs s’arrêtent : « Jeune homme, je te dis : lève-toi ! ». Le miracle s’accomplit et le Seigneur le rendit à sa mère.

Nous avons la consolation, nous les hommes, de savoir que ce jeune garçon ressuscité et sa mère furent des évangélisateurs zélés, comme aussi la fille de Jaïr et son père. Ceux-là étaient reconnaissants ; à l’inverse d’Isaac Lakedem, le Juif errant, qui, guéri par le Christ à la piscine des brebis, où, paralysé il se faisait porter en vain depuis trente-huit ans, démontra au contraire une monstrueuse ingratitude en refusant un peu d’eau au Christ montant au Calvaire.

Certains, hélas, s’endurcissent dans le mal, mais Dieu les connaît. Il les guérit néanmoins car, ainsi qu’il est dit ailleurs, les bienfaits de Dieu viennent aussi sur eux, comme la pluie ou le beau temps pour les bons et pour les méchants.

Dans la « grande prière sacerdotale » (Jean 17, 1-13), le Christ dit au Père : « Glorifie  ton Fils, afin qu’il Te glorifie comme Tu lui as donné puissance sur toute chair, afin qu’il donne la vie éternelle à tous ceux que Tu lui as confiés ». « J’ai manifesté Ton nom, ajoute-t-Il, aux hommes que Tu m’as donnés … ».

Nous avons vu la sollicitude bouleversante du Christ, Son affection terrestre … Mais l’apôtre Paul, témoin exemplaire de cette sollicitude à l’égard de lui-même apparemment ennemi du Christ, ajoute qu’il avait été « choisi dès le ventre de sa mère ».

Dieu connaît tout. Il y a des méchants, des pervers ... Infinie est la sollicitude divine. Mais elle n’exclut pas la Prédestination dont témoigne saint Paul. Au cœur de cette grande et suprême prière sacerdotale, le Christ a ces mots terribles : « Je prie pour eux [Les fidèles que Tu m’as donnés], Je ne prie pas pour le monde ».

Infinie est la miséricorde du Christ-Dieu pour ceux que Son Père Lui a donnés … Mais tous les hommes, nous le savons, ne sont pas sauvés.

Prions, bien-aimés frères et sœurs, pour être parmi ceux que la Vérité du Père, connue par le Fils, a SANCTIFIÉS, et pour être fidèles jusqu’à la fin !

 

AMIN

.

DIMANCHE après EXALTATION

19 e DIMANCHE après PENTECÔTE

Saint Martyr Eustathe-Placide

Matines : Jean, XX, 11-18

Liturgie : Gal. II, 16-20 ; Marc VIII, 34–IX, 1

2 Cor . XI, 31–XII, 9 ; Luc, VI, 31-36

Ephés. VI, 10-17 ; Luc, XXI, 12-19

 

AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT

Bien-aimés Frères et Sœurs

 

I Nous avons en ce jour de nombreux textes, ceux du dimanche après la croix, ceux du jour et enfin ceux des Martyrs que nous célébrons aujourd’hui.

Dans l’épître aux Galates, l’apôtre Paul réaffirme catégoriquement que nul n’est sauvé par la Loi, mais uniquement par la foi en Jésus-Christ. Les anciens Juifs, comme il le dit ailleurs, ont parfois fait des prodiges d’héroïsme ou d’ascétisme, mais ils n’ont pas reçu leur récompense, car Dieu a voulu qu’ils ne la reçoivent pas sans nous ! C’est seulement par Jésus-Christ que les hommes sont sauvés : telle est la certitude des chrétiens. Par la loi, je suis mort à la Loi. Ce n’est pas moi qui vis, ajoute-t-il, mais le Christ qui vit en moi. Je vis par la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et s’est livré pour moi.

L’épître aux Corinthiens évoque des vicissitudes matérielles, éventuellement dramatiques, du travail missionnaire de saint Paul qui a commencé en disant qu’il ne se vantera que de ses afflictions, mais il passe de là aux faveurs divines dont il pourrait d’aventure tirer gloire. Or là, il nous révèle – mais nous avons déjà compris par d’autres passages, que saint Paul est un mystique –, qu’il a été ravi « en esprit ou avec son corps, il ne sait » jusqu’au troisième ciel où il a entendu des paroles ineffables qu’il n’est pas possible à l’homme de communiquer. Mais, afin qu’il n’en tire pas vanité, « un ange de Satan » le tourmente dans sa chair. Plusieurs fois, il a demandé au Seigneur de l’en délivrer, mais le Seigneur lui a répondu : « Ma Grâce te suffit ! ».

C’est un éclairage saisissant sur la vie mystique de saint Paul, et du même coup sur les réalités de la vie mystique.

Sur celles-ci, l’évangile de matines nous instruit aussi. Marie-Madeleine est devant le Tombeau, elle a vu les deux anges – un à la tête et un au pied – qui lui ont demandé la raison de ses larmes : « Parce que, répond-elle, on a enlevé mon Seigneur et je ne sais où on l’a mis ». Or Jésus Lui-même se trouve derrière elle, elle se retourne et Lui pose la même question : mais elle ne Le reconnaît pas ! De la même manière, les disciples d’Emmaüs ont été abordés par un « étranger », avec lequel ils conversent, qui leur explique, en citant les Ecritures, pourquoi le Christ devait souffrir … Comme ils arrivaient à une auberge et que l’étranger faisait mine de continuer son chemin, ces deux apôtres le prient de manger avec eux, ce qu’il fait. Ils ne l’avaient toujours pas reconnu ! … et ils Le reconnurent à la Fraction du pain.

Les apparitions mystérieuses – c’est le sens de mystique – sont déconcertantes parce que Celui qui apparaît ne relève plus de notre monde. Nos apparences, dirais-je, n’ont plus cours. Au demeurant, le Christ Lui-même dit à Marie-Madeleine : « Ne me touche pas : je ne suis pas encore monté auprès de mon Père » : c’est le Christ homme, mais ce n’est pas le même aspect que les apôtres avaient connu avant Sa mort et Sa Résurrection.

II Celui qui veut me suivre, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne SA CROIX et Me suive. Christ développe alors en disant : celui qui veut sauver sa vie, la perdra, et celui qui perd sa vie à cause de Moi et de l’évangile la sauvera. A quoi servirait de gagner le monde et de perdre son âme ? Celui qui aura eu honte de Moi, le Fils de l’Homme aura honte de lui quand Il viendra dans Sa Gloire. Il faut assumer la souffrance : cependant certains d’entre vous ne mourront pas avant d’avoir vu le royaume de Dieu  paraître dans sa puissance. C’est, quant aux apôtres, allusion à la Transfiguration, et pour les fidèles ayant pris leur croix, l’annonce des consolations mystiques.

L’évangile du 19e dimanche commence par cette instruction générale : « Faites aux hommes ce que vous voudriez qu’ils fassent avec vous », mais aussitôt le Christ transcende cette recommandation de bonne compagnie : « Si vous n’aimez que ceux qui vous aiment … si vous ne donnez qu’à ceux dont vous espérez des bienfaits en retour …, quel gré vous en saura-t-on ? Même les pécheurs font ainsi ». Mais le commandement absolu et révolutionnaire suit aussitôt : « aimez vos ennemis ».

Personne ne l’avait jamais dit !

Ainsi serez-vous les enfants du Très Haut, qui est bon même envers les ingrats et les méchants.

IIIL’autre épître que vous avez entendue et l’évangile de Matthieu sont propres à la fête des martyrs Eustathe-Placide et de leurs compagnons honorés en ce jour.

Respectez vos maîtres et soyez-leur soumis, dit l’épître plus haut. Que Dieu, qui a ressuscité le Christ, vous rende « accomplis » en toute chose, comme le Christ qui est notre modèle éternel. « Fortifiez-vous dans le Seigneur … Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu afin que vous puissiez résister aux embûches du démon ». C’est en effet contre les esprits malins que nous devons lutter. Soyez donc fermes, « ayant la vérité pour ceinture, la cuirasse de justice, pour sandales le zèle à prêcher l’évangile, et, par-dessus tout le bouclier de la foi, le casque du salut et l’épée de l’Esprit qui est la parole de Dieu ».

L’évangile est singulièrement pertinent pour des martyrs. Vous serez persécutés partout, on vous mettra en prison, on vous persécutera à cause de Mon nom et cela vous servira de témoignage. La signification de « martyr » est en effet celle de témoin. Ne vous préoccupez pas de ce que vous répondrez : Je mettrai dans vos bouches une sagesse à laquelle on ne peut résister. Vous serez trahis par vos parents et vos proches, par vos amis  Ils vous feront mourir … Mais il ne se perdra pas un cheveu de votre tête - ce qui est une allusion à Samson et à sa force. D’où la conclusion : « Possédez vos âmes par votre patience ! »

Les embûches, les souffrances, les tentations même ne nous manqueront pas : mais, avec les armes de la foi, prenons notre Croix et sachons que le Christ est toujours avec nous !

 

 

AMIN

.