Печать
Категория: La France Orthodoxe
Просмотров: 690

A quoi ressemble le Royaume des Cieux

 

La lecture de l’Évangile de ce dimanche nous brosse un tableau effrayant. Le récit débute par ces mots : « Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un Roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait une somme énorme, dix mille talents. Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette. Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout ». Le Roi éprouva de la compassion pour ce serviteur, il effaça sa dette et le laissa partir. Notez bien : il ne lui a pas fait une remise ou échelonné sa dette, mais il a tout effacé, en totalité et pour toujours. Comme si cette dette n'avait jamais existé. Et la vie repris, tout aussi tranquille qu'auparavant et même meilleure, car le serviteur avait appris à mieux connaître son Roi, en qui il voyait dorénavant un Père aimant, et travailler pour un tel Père devenait un réel bonheur.

Mais soudain, une chose terrible arriva. Ce serviteur rencontra un de ses amis qui lui devait une somme tout à fait minime et l'attrapant au collet, l'étranglant, il lui dit : rends-moi tout ce que tu me dois. Apprenant cela, son Roi fut pris de colère et le livra aux bourreaux jusqu'à ce que ce serviteur lui rende tout ce qu'il lui devait.

Et il en est ainsi avec nous. Nous avons tout reçu de notre Seigneur et nous sommes des débiteurs incapables de rembourser tous les bienfaits qu'Il nous a octroyés. Nous L'avons supplié de nous pardonner, et avons obtenu Son pardon. Le Seigneur nous a accueillis dans Sa famille – l’Église du Christ, qui nous permet de traverser cet océan déchaîné de notre vie comme si nous étions dans une embarcation en toute sécurité. Cette embarcation présente tout ce qui est nécessaire pour protéger ceux qui naviguent, les protéger de tous les écueils et d'une mer démontée. Elle possède une base solide, un fond, des parois, des voiles, des rames, un gouvernail. Et il en est de même avec l’Église qui possède un gouvernail piloté par son divin timonier, notre Seigneur Jésus-Christ, elle a des voiles et des rames – ce sont les sacrements divins, la base solide ce sont les commandements du Christ, et parmi ces commandements le plus important est l'amour. Et si nous préservons et observons ce commandement essentiel, nous séjournerons alors dans Sa Famille, c'est-à-dire dans l’Église, et nous serons dans la joie. Que de fois le Seigneur est revenu sur ce point dans Son discours d'adieu avec Ses disciples / « Et voici Mon commandement : Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés »/Jn XV,12/. « Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres » /Jn XV,17/. En effet, il est impossible d'être dans l’Église et de ne pas être dans Son Amour. On ne peut être dans l’Église du Christ que si l'on observe Son commandement principal, commandement qui a jeté les bases de toute Son Église, et ce commandement est l'Amour.

Et ce malheureux serviteur de l'extrait de l’Évangile que nous avons lu, a tout perdu : et le pardon du Seigneur, et l'effacement de toute sa dette envers Lui, et la liberté pour soi, tout comme pour sa femme et ses enfants – en un mot : tout ce qu'il avait reçu il l'a perdu en un instant. A l'instant même où il n'a pas pardonné à son débiteur. De la même façon, nous pouvons tout perdre : et le pardon reçu dans le sacrement de pénitence, et la grâce reçue dans le sacrement de Communion. Nous pouvons les perdre en un instant, au moment même où nous ne pardonnons pas à notre débiteur.

Que le Seigneur fasse qu'un tel moment ne se produise jamais. Et pour cela agissons de sorte que, pour notre propre salut, notre bien-être et celui de nos proches, nous pardonnions de tout cœur ceux qui nous ont fait du tort. Et réjouissons-nous de posséder de tels débiteurs, car ce n'est qu'en leur pardonnant leurs torts envers nous, que nous pouvons montrer au Seigneur combien Son propre pardon nous est cher. Et réjouissons-nous également du fait que le Seigneur nous accorde le pardon pour nos énormes fautes, tandis que ce que nous avons à pardonner est si infime, si insignifiant. Réjouissons-nous à chaque fois que dans la prière du Seigneur, nous disons / « Et pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ». Amen.

Archevêque ANDRÉ /Rymarenko/