Печать
Категория: Документы
Просмотров: 2804

Рейтинг:  0 / 5

Звезда не активнаЗвезда не активнаЗвезда не активнаЗвезда не активнаЗвезда не активна
 
 

MESSAGE DU CONCILE DES ÉVÊQUES

DE L'ÉGLISE ORTHODOXE RUSSE HORS-FRONTIÈRES

AUX FIDÈLES DU PEUPLE DE DIEU 

Chers Frères et Sœurs,

Cinq années se sont écoulées depuis la tentative d'anéantissement de l’Église Russe Hors-Frontières. Cette période est amplement suffisante pour tirer une conclusion définitive sur cet événement. Mais avant tout, nous aimerions poser la question suivante : ceux qui se sont unis au Patriarcat de Moscou, ont-ils pris conscience d'avoir perdu un des dons les plus précieux dont le Seigneur a doté Son Église – le don de la liberté ? Cette liberté sans laquelle aucune vie en Christ n'est possible ? Cette liberté où l'union entre Dieu et l'homme est dépourvue de tout intermédiaire et de toute entrave sous forme d'obligation envers les puissants de ce monde ?

L’Église Russe Hors-Frontières s'est toujours appelée partie libre de l’Église Russe, et telle elle demeure à ce jour. Nous sommes effectivement libres de toute dépendance par rapport aux manipulations politiques, au business criminel, à la surabondance de biens matériels et nous sommes affranchis de l'incessante obligation de mentir. . Si aujourd'hui le Patriarcat de Moscou et avec lui ceux qui autrefois appartenaient à l’Église Hors-Frontières peuvent se sentir réellement persécutés et en viennent à célébrer des services d'action de grâces pour faire cesser ces persécutions, nous continuons pour notre part à nous appeler et à être la partie libre de l’Église et rendons continuellement grâce au Seigneur pour cette liberté.

Nos frères aujourd'hui rassemblés dans le Synode présidé par le Métropolite Hilarion sont impuissants à réaliser ce qu'ils ont déclaré durant ces cinq années : annoncer la fin de ce « plan quinquennal » de non commémoration et l'obligation pour tous leurs prêtres de commémorer le Patriarche Kirill de Moscou lors des célébrations. Ils comprennent qu'il y a là un risque de nouveau schisme. Il apparaît évident que pour beaucoup de membres du clergé et de fidèles cette période de cinq années a été insuffisante pour admettre le fait que le Patriarche Kirill soit maintenant leur Primat. On voit là une nouvelle tromperie de leur hiérarchie : le 17 mai est passé, le « plan quinquennal » n'est pas rempli et il est maintenant prolongé pour un temps indéfini jusqu'à ce que le fruit du mensonge vienne à pleine maturité.

En ce qui nous concerne, à l'issue de ces cinq ans après la signature de l'union, nous ne pouvons tirer qu'une seule conclusion : nous sommes définitivement convaincus d'être réellement restés avec nos Pères et de ne pas avoir ainsi rompu le fil de la continuité de l’Église Russe historique. Et il apparaît de façon tout aussi évidente que ceux qui se sont unis au Patriarcat de Moscou se sont unis à tout ce que nos Pères rejetaient, tout ce contre quoi ils nous protégeaient durant toutes les années du triomphe de l'athéisme dans notre patrie.

Dans la mesure où l'apostasie gagne du terrain dans le monde entier et que les valeurs chrétiennes sont ouvertement niées même dans les pays avancés d'Europe et des Amériques, la Tradition de l’Église doit revêtir aujourd'hui une importance toute particulière. De nouvelles persécutions de masse attendent les chrétiens, persécutions qui ont déjà imperceptiblement commencé au niveau de la vie quotidienne : dans certains pays dits « civilisés » il n'est déjà plus possible de porter ouvertement la croix, le clergé ne peut plus revêtir les habits correspondant à son état. Cela fait déjà longtemps que les crucifix ont été sortis des édifices publics et que la prière est interdite à l'école. Dans des pays prétendument avancés, les « minorités sexuelles » bénéficient de plus de droits que les autres groupes sociaux et ces droits sont plus défendus que ceux des chrétiens. Depuis longtemps les enfants ne sont plus éduqués sur les bases des valeurs chrétiennes, mais sur des valeurs humanistes où même les droits des animaux sont alignés sur ceux des hommes. Mais le plus dangereux est sans doute l'apparition d'un « christianisme social » qui s’accommode et s'entremêle étroitement avec toutes les autres religions et qui n'est en réalité qu'une contrefaçon du christianisme authentique, ainsi que l'apparition d'une « orthodoxie sociale » qui se confond avec le monde pour n'être qu'une falsification de l'Orthodoxie authentique et de l’Église véritable. Il est évident que dans cette nouvelle et effrayante réalité, les chrétiens ne doivent pas marcher au pas avec le monde, mais doivent préserver la fidélité au Christ.

Nous, évêques de l’Église Russe Hors-Frontières, nous adressons à tous ceux qui peuvent nous entendre les paroles mêmes des Saintes Écritures : « Ayez donc soin de vous conduire avec prudence, non en insensés, mais comme des hommes sages, rachetez le temps, car les jours sont mauvais » /Eph. V, 15-16/. Le chemin de notre vie ne doit pas mener à ce monde avec ses valeurs illusoires et funestes, mais doit mener au Christ qui nous sauve de ce monde en perdition et nous accorde la vie éternelle. Nous continuons de suivre la voie étroite bordée des deux côtés par la perdition et l'apostasie. Que cette voie, qui nous a été léguée par le Seigneur et que nous faisons nôtre, soit droite et fidèle !

 

10/23 mai 2012

Clôture de la fête de Pâque

Mémoire du saint Apôtre Simon le Zélote

 

 

Le Président du Concile :

Métropolite AGAFANGEL

 

Les membres du Concile :

Archevêque SOPHRONY

Archevêque GEORGES

Évêque ATHANASE

Évêque GREGOIRE

Évêque KIRILL

Évêque DIONISSY

Évêque IRENEE

Évêque NICOLAS

Évêque NIKON